Rencontre Mondiale du Soufisme » Rencontre mondiale du soufisme édition 2012

Rencontre mondiale du soufisme édition 2012

Soufisme et préservation des droits : Enseignement et comportement

6° RENCONTRE MONDIALE DU SOUFISME

Soufisme et préservation des droits :
Enseignement et comportement

Les valeurs humaines et morales telles que le respect, la tolérance, la solidarité, et la dignité, sont un moyen pour les hommes d’apporter stabilité et bonheur au sein de la société, parce qu’elles garantissent la pérennité des idéaux de liberté et de justice. Pour parvenir à cette finalité, l’homme a notamment conçu de nombreux systèmes juridiques.

Le droit correspond à l’ensemble des règles régissant la conduite de l’homme en société, les rapports sociaux. Il est un cadre normatif qui répond aux besoins d’ordonner la conduite des hommes selon des règles qui peuvent se regrouper en codes. Mais le droit peut aussi désigner deux ensembles qui diffèrent : le droit et les droits, notamment, les droits fondamentaux qui ont une valeur universelle. Tel est aussi le droit musulman dont la caractéristique essentielle est qu’il repose sur la révélation divine. Selon l’islam, les messagers et les prophètes ont transmis le message divin aux hommes, les appelant à vivre en paix sur terre, en conformité avec les valeurs morales les plus nobles, dans l’observance de ce qui est permis et ce qui est défendu, en vue de la préservation des droits. Une partie de ces droits sont reconnus comme des valeurs universelles et consacrés par le droit international.

L’islam, à travers les deux sources principales du droit que sont le Coran et la Sunna, définit clairement les différentes catégories de droits. A partir de ces deux sources, les savants musulmans ont élaboré une théorie générale du droit distinguant les droits de Dieu sur les hommes, les droits propres à l’homme et les droits régissant les relations sociales. En tant que « vicaire de Dieu sur Terre », l’homme libre et responsable, doté de raison, est assujetti à l’adoration de son Créateur. Sa liberté ne va pas sans devoirs. Il doit respecter les droits de son Créateur et rechercher à établir Sa justice, en évitant ce qui est interdit et en accomplissant ce que Dieu lui a demandé. En face des « droits de Dieu », qui peuvent être compris comme les devoirs de la créature envers son Créateur, l’homme a des droits qu’il doit préserver.

Dieu, Al-Haqq (Le Vrai, Le Réel), est le garant des droits de Ses créatures, Il veille à leur sauvegarde. Son envoyé, le Prophète Muhamed (paix et salut sur lui) a enseigné à ses compagnons la noblesse du comportement par l’éducation de l’âme et la purification des cœurs. Il disait dans ses prières : « Ô Dieu donne à mon âme la piété, corrige ses défauts et bénie-la. Tu es son Créateur et son Seigneur ». Il disait aussi : « Dieu m’a donné une bonne éducation ».

Il est devenu un modèle d’excellence du comportement. Sa compagnie et son enseignement spirituel, moral et comportemental ont fait de ses compagnons des hommes de nobles caractères.

Héritiers de la spiritualité musulmane, les maîtres soufis ont depuis toujours fait de l’éducation spirituelle un moyen pour corriger les défauts de l’âme charnelle, délivrer l’homme des chaines de l’égoïsme qui est un obstacle à la préservation des droits. En effet, l’éducation spirituelle empêche l’homme de créer le déséquilibre moral et social en enracinant en lui les valeurs de la mahabba (l’amour), l’abnégation et la générosité. Le soufisme cherche, à travers le travail sur soi, à construire une société meilleure dans laquelle l’homme privilégie l’intérêt général sur ses intérêts particuliers. Cette idée se réalise par le principe de la mahabba (l’amour) qui est, selon le Prophète (paix et salut sur lui), la réalité de la foi : « N’est véritablement croyant que celui qui souhaite pour son frère ce qu’il souhaite pour lui-même ».

C’est ce même principe qui est cité dans le Coran : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. » (s. la Table, v. 2).

L’enseignement soufi est centré sur le cœur, s’il est sain il rend tout le corps sain. L’objectif de l’éducation soufie est la réalisation de la noblesse du comportement dans le domaine spirituel, mais aussi dans le domaine de l’éthique et du social. C’est ainsi que les institutions soufies ont contribué à former des générations d’hommes et de femmes qui ont veillé à préserver les droits de Dieu et de ses créatures. En s’élevant, l’homme contribue à l’élévation de la société.

Pour garantir la protection des droits, la dimension juridique est certes nécessaire, mais elle est insuffisante. Elle doit s’appuyer sur une dimension spirituelle et éthique, capable de guider et d’inspirer intérieurement le comportement des hommes.

Cette dimension spirituelle crée un équilibre entre les différents droits et obligations :

– Droits divins, droits des hommes et droits du monde
– La préservation morale et juridique
– Droits de l’individu et droits de la société
– Droits des musulmans et des non musulmans
– Dialogue des cultures et des religions

Les axes :

  • Les droits dans le Coran et la Sunna : la préservation des droits en islam
  • La dimension morale et la gestion équilibrée des droits dans la société
  • Les droits des musulmans dans les sociétés occidentales
  • La réforme de la société et les droits
  • L’islam et les droits de l’homme
  • Droits et valeurs morales
  • La préservation des droits et le sacré
  • L’éducation soufie et la préservation des droits
  • L’environnement, entre droits et morale
  • La notion du droit chez les soufis
  • L’expression artistique et l’éthique

Rencontre Mondiale du soufisme : edition 2012

Animées par des chercheurs marocains et étrangers spécialistes en philosophie, sociologie, communication, économie et relations internationales, les Rencontres Mondiales du Soufisme ont pour objectif de faire connaître les vertus du soufisme au public et de révéler une facette de l’Islam trop peu connue, à savoir sa dimension intérieure et spirituelle.




© 2017 Rencontre Mondiale du Soufisme