Rencontre Mondiale du Soufisme

Rencontre Mondiale du Soufisme 11ème édition

Tariqa Qadiriya Boudchichiya
Madagh (Maroc), les 10, 11 et 12 Décembre 2016

Pour sa onzième édition, la Rencontre Mondiale du Soufisme de la Tariqa Qadiriya Boudchichiya portera sur le thème suivant : « Soufisme et Culture de Paix : Vision Universelle de l’Islam pour les Valeurs
du Vivre-Ensemble et la Paix des Civilisations».

11ème Rencontre mondiale du soufisme

La paix est l’enjeu majeur de nos sociétés contemporaines. En effet, chaque jour à travers le globe, l’actualité nous montre au combien la paix mondiale est fragilisée et la coexistence pacifique des peuples mise à mal. La violence et le combat dominent les esprits ; les guerres, les luttes, les jeux d’alliances informelles ou étatiques mettent en exergue les limites d’organisations humaines, qui consacrent trop souvent la violence comme mode privilégié de résolution des conflits. La disparition des systèmes de valeur, appelant à la tolérance, à l’entraide mutuelle ou à la solidarité, laisse nos sociétés sans fondements solides et en proie aux appétits de domination de tout un chacun.

L’expansion inquiétante d’une culture généralisée de la violence prend également la forme d’une violence symbolique. Celle-ci est véhiculée insidieusement par des sociétés devenues matérialistes, et va jusqu’à bouleverser les rapports humains : la volonté de puissance, l’obsession de la performance à tout crin ou d’une domination sans partage favorisent les situations de conflit. L’humanité se trouve désormais face à un défi crucial, celui de renouer les liens de la fraternité humaine en favorisant la reconnaissance mutuelle des peuples, le vivre-ensemble, la tolérance et la paix. Cette tâche est lourde et demandera impérativement, pour être accomplie avec succès, le travail conjoint et solidaire de toutes les bonnes volontés qui peuplent la terre.

Cette inclination à la violence doit être sapée dans ses fondements mêmes. Beaucoup de discours, convictions et d’idéologies mortifères doivent être déconstruites, pied à pied, par l’édification de l’homme. Cette dernière doit trouver les moyens pédagogiques permettant d’imprégner l’être humain d’une culture de paix profonde et sincère qui irriguera sa sensibilité, ses idéaux et convictions.

C’est d’abord à l’échelle d’individualités apaisées qu’il sera possible de construire une paix sociale réaliste et effective. Nos actes sont le reflet de nos convictions, celui qui ne porte pas en lui la paix ne pourra la traduire en actes et dans sa vie concrète. La tolérance et la paix sont des facteurs de progrès et de développement, qui ont démontré à des périodes déterminées de l’histoire, les bienfaits innombrables qu’ils apportent à l’ensemble des affaires humaines.

C’est cet enseignement que porte l’Islam par son appel à la paix (ainsi que les religions révélées avant lui). Une paix d’abord intérieure qui se traduit par la mise en pratique des valeurs qui la sous-tendent. L’Islam est, sans conteste, une religion de paix, éloignée de tout fanatisme ou extrémisme; étrangère à l’image sombre et caricaturale véhiculée par une islamophobie galopante. Pour peu que l’on considère les symboles constitutifs de cette religion, son attachement fort et authentique à la paix est d’une évidence frappante. Coexister et respecter autrui, rechercher la conciliation, ce sont ces comportements de bienveillance que Dieu, le Très Haut, attend de Ses créatures.

« Paix » est un Nom de Dieu, un de Ses Attributs. Le plus détestable pour Dieu (Gloire à Lui), est l’injustice et l’agression envers autrui. Dieu interdit toute menace à la vie, Il interdit toute atteinte, même minime, à la vie. Dieu appelle à la bonté et à la bienfaisance pour installer le vivre-ensemble et la tolérance. Dieu interpelle explicitement les croyants dans le Coran : « Ô vous qui croyez entrez en masse dans la paix, et ne suivez pas les traces de Satan » (La Vache, 208). De même que Dieu appelle à toutes les valeurs positives qui prônent la paix : « Belle et mauvaise action ne s’équivalent pas, réponds par le beau geste (au mauvais), et voilà que ton ennemi devient un allié chaleureux » (Saba, 34). Et encore : « Les adorateurs du Miséricordieux marchent modestement sur terre, et aux ignorants qui les apostrophent, répondent : « paix ». » (Les hypocrites, 63).

Le noble Prophète (PSL) était le modèle qui incarnait toutes ces valeurs. Il était l’envoyé de la paix, le chantre de la paix, clément et miséricordieux envers tous les hommes. Malgré les atteintes à sa personne, son âme pure répondait à ses détracteurs par l’excuse, le pardon et la clémence. Ses compagnons, quant à eux, purifiés par son imitation, étaient devenus les défenseurs ardents de la paix et du vivre-ensemble ; eux qui, jadis, étaient enclins aux querelles et guerres intestines.

Lorsque le soufisme comptait parmi les sciences cardinales, en raison de sa capacité de purification de l’âme humaine, et de sa connaissance des désirs, des défauts et des vices de cette âme ; lorsqu’il était jadis accordé au soufisme un rôle social lui permettant de conduire l’homme vers les vertus et le beau caractère, il était alors le plus à même de véhiculer les valeurs de paix et du vivre-ensemble.  Par les valeurs éthiques et spirituelles qui l’animent, il a pu tracer le chemin qui mène au but. Il a donné à voir concrètement l’esprit de convivialité et de mansuétude enseignés par l’Islam, cela grâce à sa rectitude et à sa conformité à la voie Mohammadienne – voie de miséricorde, de longanimité et d’amour universel. Le soufisme a produit des modèles d’exemplarité, des hommes incarnant les valeurs du vivre-ensemble, de la tolérance et de la paix. Des hommes ayant eu une valeur ajoutée pour leur société, par la traduction de ces valeurs dans la réalité quotidienne, soit par leurs actes empreints d’une éthique élevée, ou soit par leurs discours appelant à la concorde et au bon comportement.

De nos jours, beaucoup de voix s’élèvent pour appeler à la paix en adoptant une approche théorique. L’approche soufie, quant à elle, considère que la paix ne se fonde que par l’édification de la personne humaine. Elle ne peut s’identifier à un discours philosophique sur la paix, elle se caractérise plutôt par une méthode pratique qui vise à purifier l’homme des mauvais penchants l’incitant au mal, au conflit, à la haine, à la domination ou à la violence.

Cette purification de l’homme, dans la voie du soufisme, s’accompagne d’un embellissement de l’âme par les caractères de miséricorde, de paix et de toutes les valeurs sous-jacentes au vivre-ensemble. Nos sociétés, qui aspirent à la stabilité et au développement, trouveront, sans aucun doute, dans le modèle et la méthodologie soufis, une source d’inspiration pour fonder une paix à l’échelle de la personne, de la famille, de la société, de l’économie et de l’environnement.

L’histoire du Maroc, depuis longtemps terre par excellence du soufisme, est un témoignage probant d’une paix fondée sur la purification spirituelle de l’homme. Quiconque connait cette histoire ne pourra nier le rôle prépondérant joué par les zaouïas dans l’enracinement des valeurs de tolérance, de cohabitation et de respect d’autrui. Pendant plusieurs siècles, l’institution de la zaouïa en terre du Maroc, n’a cessé de cultiver ces valeurs à grande échelle et n’a cessé de produire des hommes d’exception capables de les incarner et de les faire rayonner. Le Maroc d’aujourd’hui, digne héritier de cette histoire, continue de séduire et de porter très haut ses valeurs qui font de lui un cas particulier mais aussi un exemple à suivre.

Conscients de la sensibilité du sujet de la paix, de son importance et de son actualité dans un monde en proie aux conflits et à la violence, les organisateurs des rencontres mondiales du soufisme ont choisi de placer cette onzième édition sous le titre Soufisme et Culture de Paix. Ils espèrent que ces onzièmes rencontres seront l’occasion de mettre en lumière les apports du soufisme pour fonder et construire la paix, son soin particulier à affermir le vivre-ensemble et la coopération constructive des hommes. Le soufisme étant le cœur vivant de l’islam, ils espèrent aussi, en faisant ce choix, montrer cette religion sous son vrai visage, tolérant, prônant la paix et le respect de toutes les civilisations.

Enfin, cette édition vise à mettre en relief les responsabilités qui incombent au musulman d’aujourd’hui et qui consistent à se parer des vertus islamiques, à savoir les valeurs de reconnaissance mutuelle, de miséricorde, de tolérance et de paix.  Vertus qu’il doit incarner et pratiquer autour de lui avec l’autre, quels que soient son sexe, sa couleur de peau, sa culture ou sa religion, qu’il vive dans un pays musulman ou non. Ainsi, l’Islam dans ses dimensions spirituelle et éthique pourra être un modèle concret et vivant de participation au vivre-ensemble dans un environnement pacifié sur la base de l’amour, de l’entente et de la paix.

Axes de la Rencontre

  1. Culture de Paix : concept et significations
  2. Culture de Paix en Islam : contenus et expressions
  3. Culture de Paix : dimensions individuelle, sociale et culturelle
  4. Soufisme et Culture de Paix : exemples historiques
  5. Culture de paix et mise en pratique d’une diplomatie spirituelle
  6. Le Soufisme et la Paix Verte
  7. La Culture de paix et son rôle dans le fondement des valeurs esthétiques
  8. Culture de Paix : rempart contre la violence et l’extrémisme
  9. Culture de Paix et perspectives de développement économique
  10. Culture de Paix : fondement des valeurs du vivre-ensemble et de paix civile
  11. Culture de Paix et la construction commune des valeurs et des civilisations
  12. Culture de Paix et son rôle dans le dialogue des religions


© 2017 Rencontre Mondiale du Soufisme